social
mode-femme
Partager cet article

mode-femme Chanel : le défilé « Métiers d’Art » ; être à Paris à Rome

Date : 11 décembre 2015
Auteur :

Être à Paris à Rome, c’est ce qu’a su nous faire ressentir Karl Lagerfeld lors du défilé des Métiers d’Art ce 1er décembre dernier. Comme chaque année depuis 2013, Chanel met en relief le savoir-faire de ses artisans couturiers. Retour sur le plateau de cet événement mode.

Karl Lagerfeld, que nous pouvons aussi définir de maître de la mise en scène, a, pour ce défilé annuel représenter une rue atypique de Paris dans les célèbres studios cinéma Cinecittà à Rome, plus précisément le numéro 5,  le favori de Fellini mais aussi celui qui nous met à l’esprit le plus célèbre des parfums : Chanel n°5.

chanel-paris-paris-in-rome-metiers-d-art-2015-16-show-decor

Il y a un an, c’était en Autriche que l’aventure fut, avec l’ex mannequin, actrice Cara Delevingne ainsi que le chanteur Pharrell Williams incarnant le couple royal autrichien : l’empereur Franz Joseph I et l’impératrice Sissi. Cette année, la star est Kristen Stewart. Cette dernière incarne Coco Chanel dans sa jeunesse à travers un court-métrage intitulé « Once and Forever » de Karl Lagerfeld avec l’éternelle Géraldine Chaplin qui, elle, incarne Gabrielle Chanel à une autre étape de sa vie.

Mais ce n’est pas tout : un défilé ne manquant pas d’évoquer le style Chanel dans toute sa splendeur ; à travers cette collection Karl a su reprendre l’esthétique classique de la célèbre maison de couture parisienne, avec toujours de quoi nous surprendre. L’image parfaite de la parisienne à Rome, que se soit par les boots perlées, les escarpins, une jupe en cuir droite, des collants en dentelle et mules, un manteau avec l’iconique matière tweet bordé, une robe de maille fluide, du cachemire, du crêpe de soie dansant avec de la mousseline, l’incontournable robe noir de Chanel, ou encore la grosse perle en nacre faufilée dans le talon aiguille et une broderie remarquable. Le tout avec la légendaire prestance de la parisienne à travers des coupes féminines dans les iconiques teintes noire et blanche de la maison mais aussi certains modèles présentés sous des couleurs chaudes : des pièces qui donnent à la parisienne un petit air bohème, après le chic du noir et blanc.

« Le début évoquait plus le chic à la française, vers la fin les tenues étaient plus romantiques, c’est ce que je préfère. » s’exclame Rooney Mara après cette mémorable prestation dans le studio numéro 5 du célèbre Cinecittà.

related news

l'actualité du luxe vient à vous