social
mode-femme
Partager cet article

mode-femme Fashion Week Haute Couture : Les incontournables de la saison Printemps/Été 2016

Date : 23 février 2016
Auteur :

S’étant déroulée du 24 au 28 janvier, la Fashion Week Haute-Couture Parisienne s’est maintenant achevée. Les créateurs on su, une fois de plus, nous surprendre pour cette saison. Voici un récapitulatif de cette saison très mouvementée à laquelle l’équipe de Luxe.net a eu le plaisir de se convier.

Débutons par le défilé Christian Dior. C’est quelques mois après le départ inattendu de Raf Simons qui était la tête de la direction artistique féminine, que la maison a compté sur l’équipe créative qui était restée en place après le départ. Cette nouvelle collection n’a pas déplu car nous retrouvons la parfaite éthique de Christian Dior et une collection définissant toujours avec perfection la Parisienne. Un défilé se déroulant sous un superbe chapiteau de miroir ne pouvant que mettre en valeur les pièces de la collection traduite de la veste Bar twistée de nœuds, des symboles et des porte-bonheur brodés sur les vêtements ou portés en bijoux, on notera le muguet tricoté tel de la dentelle.

Poursuivons avec le défilé Alexis Mabille. A travers ses créations, Monsieur Mabille a souhaité rendre la femme séduisante, attirante et raffinée comme le montre les différentes silhouettes composées de dentelle, satin, mesh, crystal ou même parfois de fourrure. La maison a réussi son coup, la collection est en parfaite cohérence avec les temps actuels et la place de la femme dans la société : l’image d’une femme puissante et entreprenante.

Continuons avec Chanel et son impressionnant défilé. Karl Lagerfeld ne déçoit et ne nous décevra jamais, il reste dans son habitude à créer et illuminer le monde de la mode par ses créations plus raffinées les unes que les autres. Pour cette saison, Karl a souhaiter donné une certaine facette luxueuse de l’écologie en donnant une nouvelle dimension à travers cette collection, une ambiance zen, naturelle qui a su nous ressourcer. Une collection composée de robes et jupes étroites, se terminant à mi-mollet, fendues derrière afin de faciliter la marche qui laissent entrevoir des plissés transparents et brillants, des couleurs douces, subtiles : tons crème, tons rose, ou bien encore ivoire évoquant une élégance provenant des silhouettes de différentes époques tel les fifties, sixties, les années folles ou encore Gatsby Le Magnifique.

Poursuivons avec Lan Yu. Cette fois-ci, nous pouvons admirer le travail réalisé pendant des heures par les petites mains qui travaillent en coulisse pour donner des pièces exceptionnellement belles. La plupart des modèles sont  composés de dentelle, perles, velours, voile ou encore de soie. La directrice artistique a souhaité s’inspirer de l’époque de Gatsby le Magnifique, c’est d’ailleurs pour cela que la collection a pour nom : Gatsby. Son but était de nous ramener dans les années 20, moment de l’essor du jazz.

Continuons par Bowie Wong. Ce défilé fut très surprenant autant par le style envisagé par le directeur artistique que par les modèles présentés. La collection est nommée : ABC 123 et nous retrouvons le nom de cette collection sous différentes forme comme en couvre-chef ou en robe. Ces pièces de la collection sont dotées de mesh, dentelle et voile pour la plupart. L’extravagance est au rendez-vous et ceci ajoute une touche particulière à cette nouvelle collection Printemps-Eté 2016.

Nous nous sommes rendu au défilé L Couture. La maison a pour concept de revisiter le principe originel de la Haute Couture en plaçant la femme au centre de son modèle. Pour cette collection Printemps-Eté 2016, leur concept est porté à merveille à travers des silhouettes très recherchées et une pièce phare qui est la robe rose qui donne un charme énorme à la femme et là on peut dire que la femme est bien mise au centre du modèle.

Le défilé Elie Saab, son rêve indien. Il y a toujours cette légèreté, cette finesse et cette féminité à travers les pièces Elie Saab. Les mannequins défilant en pleine jungle indienne dans des robes de princesses. Des robes  bustiers scintillantes, rebrodées de cristaux Swarovsky, ou bien transparentes taillés dans la dentelle, des jupons virevoltants de fluide mousseline, des robes courtes en volants toujours très féminines avec une fine ceinture marquant la taille. La Princesse Indienne Elie Saab 2016 est une exploratrice en saharienne ou avec une discrète besace à son épaule. Des couleurs en majorité douces, pures, poudrées si ce n’est une touche de bleu Klein et un tissu à motif.

 

Au défilé Valentino, Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli ont fait défiler leurs modèles pieds nus agrémentés de bijoux, « retrouver le contact avec la terre, qui est la forme la plus authentique et personnelle d’équilibre intérieur ». Une collection dans laquelle nous pouvons sentir une certaine influence antique, de superbes robes tel la « Chrysalide », pliée à traine en pétale de mousseline noire, en velours et cuir, une création ayant demandé 2200 heures de réalisation. Une collection travaillée à partir des archives des tissus Fortuny, une précision, une légèreté, le corps de la femme en total harmonie avec la robe, un mouvement gracieux  soulignant la beauté des créations Valentino.

Nous avons terminé cette saison avec le défilé Guo Pei pour lequel nous aurons consacré un autre article, la maison intègre le cercle très fermé des maisons de Couture en accédant au statut de membre invité de la Chambre Syndicale de la Haute Couture, une émergence d’un talent et d’un nouvel esprit venu d’Asie. De somptueuses broderies issus du savoir-faire par excellence de la maison, un artisanat d’exception mélangeant une inspiration française et la richesse de la culture chinoise.

 

related news

l'actualité du luxe vient à vous