social
mode-femme
Partager cet article

mode-femme Dior Printemps-Été 2021 : Un défilé placé sous le signe de la femme libérée

Date : 30 septembre 2020
Auteur :

La maison de haute couture française Dior a dévoilé ce mardi 29 septembre sa collection printemps-été, placée sous le signe de la féminité et de la liberté.

A l’instar des maisons Fendi ou encore Prada, Dior est l’un des rares haut nom de la mode à avoir maintenu un défilé physique, à l’occasion de la fashion week organisée en cette fin d’année si particulière.

Maria Grazia Chiuri, au travers de cette nouvelle collection, poursuit sa réflexion engagée sur l’origine de la mode, le sens de la coupe et de la création comme langages artistiques en perpétuel mouvement. Inspirée par le travail de Lucia Marcucci, figure emblématique de l’avant-garde italienne qui signe la scénographie du show, elle choisit l’esthétique du collage et de la poésie visuelle comme nouvel espace d’expression. Des patchworks de foulards, aux motifs cachemire et floraux, ponctués de fragments de dentelle, habillent ainsi une série de robes et de pantalons, exaltant les possibilités infinies de l’imagination.

Volonté affichée dès les premières minutes, la maison a souhaité prendre le parti de la femme libérée, aussi bien dans ses mouvements que dans ses choix vestimentaires. Foulards, robes amples ou encore chemises, rien n’a été mis de côté pour offrir à la femme du XXIème siècle cette liberté qu’elle mérite.

Fascinée par la puissance de la pensée incarnée par des auteures telles que Virginia Woolf ou Susan Sontag, la Directrice Artistique des collections femme de Dior revisite le vêtement dans son essence, de la chemise masculine au manteau épuré, célébrant les savoir-faire des cultures du monde, du Japon à l’Indonésie. Une œuvre chorale saisissante et magnétique, transcendée par les voix féminines de l’ensemble Sequenza 9.3 – dirigé par Catherine Simonpietri – (ré)interprétant Sangu di rosa, de Lucia Ronchetti, et des voceri traditionnels, comme une ode à la beauté dans sa pluralité. Ultime surprise de cette odyssée collective, la cinéaste Alina Marazzi signe une création visuelle unique, entre réalité et fiction, rendant hommage à Lucia Marcucci, du texte au textile, de la voix à l’image.

Visuellement, la collection ressemble donc à un patchwork d’idées, abordant des couleurs aussi chatoyantes par moment que sobres et pures pour d’autres créations. Une chose est sûre : pour Dior, la question du corps de la femme et de son affirmation n’a jamais été aussi centrale qu’aujourd’hui.

Découvrez la collection Printemps-Été 2021 de la maison Dior au travers de la galerie de photos ci-dessous.

related news

l'actualité du luxe vient à vous