social
mode
Partager cet article

mode Louis Vuitton Printemps/Été 2022 : Amen Break par Virgil Abloh

Date : 25 juin 2021

L’Amen Break est caractéristique d’un discours central dans l’œuvre de Virgil Abloh. Pour la collection Printemps-Été 2022, le directeur artistique homme zoom sur des archétypes et des sous-cultures que nous connaissons tous. Soulignant à la fois leur contexte culturel et leur re-contextualisation collective. L’Amen Break illustre l’instinct des arts d’échantillonner et de ré-échantillonner un design de base. Appliqué à la mode, où les basiques des costumes, survêtements, chemises et t-shirts sont réinterprétés en boucle, l’Amen Break devient une métaphore du mythe de la propriété dans la création contemporaine.


Le contraste créé par l’homme entre « formel » et « rue » peut se refléter dans l’idée conventionnelle de vêtements pour hommes et pour femmes. Abordant les codes liés au genre de certains vêtements, la collection se concentre sur les lignes allongées comme une approche purement humaine de l’habillement, la confrontant à des vêtements de nature traditionnellement contrastées. Dans cette transition, les robes, jupes et kilts liés à des expressions culturelles et de force se manifestent naturellement dans les silhouettes. La longueur est présente dans une variété de silhouettes, des jupes et kilts aux chemises et aux robes. Obscurcissant les codes du genre, de la culture et de la sous-culture, ils subliment et valorisent la silhouette.


La collection se porte sur la dichotomie entre « formel » et « rue » : des éléments du quotidien chargés de préjugés sociaux. Un homme en costume est-il digne de confiance ? Un homme en « streetwear » est-il moins digne de confiance ? Est-ce qu’un homme qui porte un costume le jour s’extasie en survêtement la nuit ? Dans ses échantillonnages et ré-échantillonnages répétés du survêtement et du costume, et en hybridant leurs propriétés, la collection dé- et recode les préjugés humain liés aux vêtements, qui n’était autrefois que des vêtement.


L’hommage à la culture rave est omniprésente. Ainsi l’aérographe est présent sur des t-shirts peints à la main et des pièces en cuir monogramme en relief.  Mais également le tie-dye, motif récurrent dans l’œuvre de Virgil Abloh, qui apparaît sur les tailleurs de cuir, les jeans et les jupes. Les survêtements rendent hommage aux codes vestimentaires de la rave. Ils sont rehaussés de riches détails tels que des ornements en cuir, des monogrammes en relief et des éléments Damier. Les flyers créés dans les ateliers imitent ceux distribués pour les raves des années 90. Metalheadz collabore avec Louis Vuitton sur des vestes et des chemises patchworkées ou tissées à partir de ces flyers arborant le branding de la maison de disques. Un vestiaire couture hybride, fusionnant les propriétés du formel et du «streetwear», et célébrant la garde-robe du raver.


Les graphismes des échecs informent une variété de motifs, tandis que la forme physique du jeu se manifeste par des silhouettes à travers des jupes, des chapeaux et des gants. Les dames originaires du jeu d’échecs font un clin d’œil au motif damier et à la tapisserie culturelle de Virgil Abloh. Ils sont interprétés tout au long de la collection dans diverses textures pour des effets tridimensionnels ou trompe-l’œil.


En ligne avec les thèmes du changement positif pour les générations futures au cœur de la collection Printemps-Été 2022, le Directeur Artistique Homme Virgil Abloh prolonge son engagement actif dans le partenariat de Louis Vuitton avec l’UNICEF.

Photos : Louis Vuitton Homme Printemps/Été 2022 Source : Vogue.com

related news

l'actualité du luxe vient à vous