social
art
Partager cet article

art Lorenzo Vitturi Jugalbandi : Une exposition qui sublime la tapisserie indienne

Date : 26 septembre 2020
Auteur :

T293 a le plaisir de présenter Jugalbandi, une exposition de nouvelles œuvres signées de Lorenzo Vitturi, organisée en collaboration avec la fondation indienne Jaipur Rugs.

Deuxième exposition de l’artiste avec la galerie, Lorenzo Vitturi est avant tout connu dans le monde de l’art pour ses qualités en tant que photographe. Cependant, l’artiste ne se limite pas au seules bornes de l’art photographique et le prouve avec cette exposition hors du commun, mettant en avant des tapisseries faites à la main, réalisées traditionnellement par des artisans indiens.

A travers cette exposition, l’artiste explore pour la première fois en profondeur le concept de « pratique collaborative » dans la création d’une œuvre d’art. Le spectacle, intitulé Jugalbandi, signifie en indien «jumeaux entrelacés». Il s’agit avant tout d’une performance musicale de deux personnes qui ne sont ni solistes ni accompagnateurs, faisant allusion à la structure choisie pour la création des œuvres, fruit d’un travail d’équipe passionnant entre Lorenzo Vitturi et les artisans indiens.

En voyageant à travers les communautés rurales et en rencontrant des tisserands locaux dans la région indienne du Rajasthan, Vitturi a été captivé par les assemblages sculpturaux que la vie du village crée inconsciemment, comme par exemple une balle de foin en équilibre précaire sur un pilier de porte, un tas de bols en terre cuite ou même appareil à tisser recouvert d’une bâche. Ces arrangements, photographiés par Vitturi lors de son voyage, constituent la genèse du projet.

Les sculptures urbaines sont ensuite découpées en une série de fragments graphiques qui portent dans leurs contours une réminiscence de leur forme originale. Dans un second temps, les formes abstraites sont fusionnées pour créer une composition de champs de différentes couleurs. En fin de compte, les fragments abstraits, entre les mains des artisans indiens, prennent véritablement la forme d’impressionnantes tapisseries. En conséquence, Chacune d’entres incarnent la richesse et la beauté de la vie du village. Comme sur une carte, les lignes et les formes racontent une histoire où chaque contour a la même valeur. Dépassant leur aspect plutôt abstrait, l’histoire racontée à travers les lignes de chaque pièce est une histoire d’authenticité et de matérialité.

Pour la première fois de sa carrière, Vitturi délègue la phase finale du processus à une personnalité extérieure. Les œuvres, au-delà de la vision purement personnelle de l’artiste, portent aussi la sphère personnelle de l’artisan, mais pas que. Ce faisant, l’artiste consent que les sculptures ne soient pas seulement le résultat de sa propre recherche personnelle, mais élargit leur signification en permettant à chaque artisan d’exprimer son individualité sur chaque pièce. Dernier passage – mais non des moindres – de ce processus intense, l’artiste intervient sur les tapis en ajoutant des fragments de verre et de bois, originaires de sa ville natale, Venise.

Si le confinement actuellement lié à la crise sanitaire mondiale n’avait pas rendu le voyage inconcevable au cours des derniers mois, cette dernière étape se serait déroulée aux côtés des tisserands en Inde. En conclusion, le résultat était un Jugalbandi, un dialogue numérique de deux auteurs jonglant entre Londres et le Rajasthan, dans lequel les impressions graphiques de Vitturi, inspirées des formes et des textures recueillies pendant le temps passé dans le village, cohabitent et coexistent avec le monde esquissé par les tisserands. Les tapisseries vibrantes, résultats d’un processus intense entamé en novembre 2019 sont, pour Vitturi, les cartes mentales d’un voyage toujours en cours.

Venez découvrir l’exposition Jugalbandi du 03 octobre au 13 novembre 2020 au T293 de Rome.

related news

l'actualité du luxe vient à vous