social
horlogerie
Partager cet article

horlogerie Ulysse Nardin Imperial Blue : Une histoire de temps

Date : 5 juillet 2014
Auteur :

Ulysse Nardin est l’un des rares horlogers fabriquant encore des montres à grande sonnerie. Il est aussi le premier à faire revivre les montres de Jacquemarts avec son modèle San Marco en 1989. Aujourd’hui encore, Ulysse Nardin continu de perpétuer la tradition de la haute horlogerie avec son nouveau modèle Imperial Blue.

Non content d’avoir pu relever le défi technique de la miniaturisation du mécanisme de sonnerie de ce modèle, Ulysse Nardin a poussé l’excellence d’un système complexe en y ajoutant également l’indication de la date à 12 heures avec un bouton poussoir situé à deux heures sur la montre, dont la fonction est une correction rapide de celle-ci.
Une des difficultés majeures relevée par Ulysse Nardin est la gestion d’énergie : un seul barillet alimente la répétition des heures, quarts et minutes à la demande qui s’animent en tournant la couronne dans le sens anti-horaire. Dans le sens inverse, c’est un autre barillet conçu pour le mouvement qui prend le relais et alimente celui-ci pour une réserve de 50 heures environ.
Ulysse_Nardin_Imperial_Blue_dial_detail
De ce fait, toutes les heures une sonnerie retentit (quatre timbres sont disponibles : MI-DO-RÉ-SOL) à l’intérieur du boitier constitué d’or gris, d’un diamètre de 46 millimètres. Afin de garder le maximum de discrétion, si besoin est, un bouton situé à 11 heures sur le boitier permet de désactiver cette mélodie.
L’Imperial blue est un chef-d’œuvre, autant mécaniquement qu’esthétiquement. Son calibre UN-970, composé de 84 rubis est caché derrière des ponts et une platine, tous deux en saphir bleuté, calibre surplombé par des aiguilles évidées donnant une allure digne, indémodable.
L’Imperial Blue ne sera produite qu’à 20 exemplaires et en ce qui concerne son prix, aucune information n’a été communiquée par le constructeur.

related news

l'actualité du luxe vient à vous