social
evenement
Partager cet article

evenement Paris Fashion Week : ce qu’il faut retenir de la collection printemps/été 2016

Date : 17 octobre 2015
Auteur :

S’étant déroulée du 29 septembre au 7 octobre, la Fashion Week Parisienne s’est maintenant achevée. Les créateurs on su, une fois de plus, nous surprendre pour cette saison Printemps/Été 2016. Voici un récapitulatif de cette saison très mouvementée à laquelle l’équipe de Luxe.net a eu le plaisir de se convier.

Nous ouvrons cet article avec le défilé Balenciaga. Reprise par l’américain Alexander Wang qui vient de signer sa dernière collection, la maison nous donne sa vision d’un été tout en blanc. Nous remarquons que le créateur a intégré des brassières sportives parmi des dentelles et de la soie, une grande finesse et légèreté ressentie parmi des lignes marquées, déclinant la lingerie et le corset.

Nous enchaînons avec le défilé Hermès : «Je m’inspire des classiques de la maison en leur apportant une dimension contemporaine, confie Mme Vanhee-Cybulski. Le travail par des matières que j’ai voulues légères, du double face que j’affectionne particulièrement, du cachemire et coton, du crêpe… ». Une collection qui valse entre vestes quadrillées, robes à emmanchures américaines, jupes plissées portefeuille, combishorts en agneaux … Des pièces nous évoquant un esprit assez sportwear!

Poursuivons avec le défilé Alexis Mabille, un défilé auquel notre équipe a pu assister. Un esprit d’été souligné par de fortes couleurs comme le rouge, le rose ou encore le bleu et le vert, n’oubliant pas le noir. Un mouvement exprimé avec des matières légères qui suivent la démarche et donnent cet effet virevoltant. Nous remarquons des vestes dans des matières souples qui complètent cette collection, qui est un véritable bal d’été.

Une Fashion Week aussi complétée par le défilé Balmain. Pour cette saison, Olivier Rousteing a constitué une collection avec des matières qui, jusqu’ici, avaient été peu utilisées par la maison. « La cliente Balmain n’a pas un profil type, n’a pas un corps type ; elle peut être romantique, mais dans tous les cas, elle montre une personnalité forte » affirme Rousteing. Une palette de brun aux couleurs chocolat, sable ou encore cognac ainsi que des matières comme la mousseline travaillée en pantalon à volants traduisent l’image de la femme que souhaite donner la maison Balmain pour la saison printemps/été 2016, avec, évidemment, toujours cette large ceinture à la taille.

 

Pour cette collection, Raf Simons, à la tête de la maison Christian Dior, a fait défiler ses mannequins dans un décors exceptionnel : sous une tente dressée dans la cour Carrée du Louvre tapissée de 400.000 delphiniums bleus. Des mannequins plongées dans des pièces d’un blanc en coton immaculé, avec lesquelles il mélange des pulls à torsades coupés échancrés, mais aussi des robes donnant un esprit lingerie, une parka en soie à larges rayures ivoire et marron dit glacé ou une autre parsemée de fleurs en tissus, les fleurs étant toujours présentes chez Raf Simons, « J’ai voulu trouver une nouvelle forme de précision, de pureté et de confort ».

Nous avons eu le plaisir de nous rendre au défilé Valentin Yudashkin pour cette saison. Une collection marquée par la couleur rose, donnant une impression de « Barbie Girl ». De la veste cintrée décorée de formes géométriques au manteau de lignes perpendiculaires, la maison Yudashkin a fait défiler ses mannequins sous une touche « girly », une combinaison d’un tissu ample marquée par une ceinture à la taille ainsi qu’une jupe surpassant une autre plus moulante, cette collection est éveillée par ses couleurs vives.

Carol Lim et Humberto Leon ont dévoilé, chez Kenzo, un défilé printemps/été 2016 optimiste, plein de couleurs comme le sait si bien le faire la maison. Un défilé qui s’est déroulé sur des plateformes mobiles, représentant la femme qui voyage au quatre coins du monde. Sur ces plateformes se trouvaient des mannequins dotées de sandales en caoutchouc à larges lanières croisées se finissant avec une tige basse ou des cuissardes, habillées de petites robes à motifs mélangés. Une des pièces phares du défilé sont ces ceintures dorées munies d’une grande poche plate, un design très graphique.

 

Une collection imaginée par Hedi Slimane pour Saint Laurent pour cette saison, présente des mannequins aux allures de rockstar en bottes en caoutchouc coiffées de couronnes scintillantes, des combinaisons transparentes sous des trench en cuir mais aussi des minijupes zippées, une veste en denim XXL bordée d’un revers de smoking sans oublier des blousons en cuirs sans manche.

Chanel s’envole pour cette saison printemps/été 2016. Aux commandes de Chanel Airlines, Karl Lagerfeld fait déambuler ses mannequins dans cet aéroport Paris-Cambon construit de toutes pièces à l’intérieur du Grand Palais. C’est équipées d’un sac week-end à roulettes que les modèles se présentent parées de robes en soie plissée, de blouses aériennes ainsi que de tailleurs à motifs zigzag, un jeu sur les codes-couleur classiques des compagnies aériennes. « L’argent, c’est la couleur des carlingues, non ? Et puis il y a déjà eu assez d’or comme ça chez Chanel » s’exclame Karl Lagerfeld, le métal argenté étant à l’honneur dans cette collection.

Une rencontre entre la mode et le numérique chez Louis Vuitton : dans la Fondation se trouvait une ambiance de boîte de nuit virtuelle, des vidéos projetées de mangas des années 1990, un décors conçu par Nicolas Ghesquière, avec la scénographe Es Devlin. Sur le podium, ce sont des mannequins en guerrière futuristes munies de brassières sportives avec des tops en résille ou des minicapes de cuir clouté, des perfectos imprimés de rayures verticales, de damier ou du célèbre monogramme Louis Vuitton auxquels s’ajoute la jupe bouffante en popeline blanche.

 

 

related news

l'actualité du luxe vient à vous