social
auto
Partager cet article

auto Ferrari California T : Un nouveau souffle pour la marque Italienne

Date : 13 octobre 2014
Auteur :

Avec la California T, Ferrari renoue les liens avec ses anciens modèles équipés de turbos. Dû au succès de la California, Ferrari a décidé de passer à la vitesse supérieure avec au programme une suralimentation lui donnant au total 560 chevaux soit 100 chevaux de plus que son prédécesseur, mais surtout un effort fait sur la réduction des émissions de CO2 ainsi que quelques améliorations intérieures et extérieures. La chaîne de production de la California s’est arrêtée en avril de cette année avec près de 10.000 exemplaires construits.

Priorité sur la baisse des émissions de CO2

Avec une production autorisée de 7000 véhicules par an, Ferrari n’est pas soumis aux mêmes contraintes réglementaires qu’un constructeur généraliste. La marque, consciente de l’impact des voitures sur l’environnement, a tout de même entrepris de faire le nécessaire afin de réduire les émissions de ses véhicules, sans toutefois dégrader l’agrément de ses moteurs tant prisés par ses clients. C’est pourquoi l’équipe de motoristes placée sous la direction du français Jean-Jacques His, a cédé à la mode du «downsizing», une réduction du fameux V8 4.3 litres atmosphérique de la California en un V8 de 3.8 litres suralimenté.
De ce fait, la consommation s’en trouve minimisé avec 10.5 litres au 100 contre 11.5 litres pour la California, avec une émission de CO2 de 250 gr/km contre 270 sur l’ancienne version. Des écarts minimes certes mais Ferrari n’a pas reformuler son modèle que par le remplacement du moteur, un nouveau départ pour la production de la California s’annonce pour 2015.

Un moteur suralimenté aux compétences atmosphériques

Seulement voilà, tout le monde sait que les moteurs turbos souffrent à bas régime et les reprises ne sont pas à la hauteur des moteurs atmosphériques. C’est pourquoi l’équipe de JJ. His a opté d’une part pour des turbos dits «twin scroll», à double entrée, d’autre part en ajustant électroniquement et très précisément la pression de suralimentation, tout en régulant le couple en fonction du régime du rapport engagé.
Le dernier challenge était de garder la note à l’échappement si chère à la marque. La solution apportée par l’équipe de His a été de lui greffer des collecteurs d’échappement en acier forgé dotés des tubulures de longueurs égales. Un luxe habituellement mis en œuvre sur les moteurs de courses.

Quelques changements intérieurs comme extérieurs

La nouvelle robe de la California T a été dessinée par le célèbre Pininfarina et rehausse le standing de la belle. À l’avant on peut remarquer une calandre plus largement ouverte évoquant la Ferrari FF tandis qu’un diffuseur semblable à celui de l’exclusive 599 GTO et des sorties d’échappement horizontales affinent la poupe du coupé-cabriolet.
À l’intérieur, le plus marquant est son volant totalement remodelé avec les commandes intégrées de la 458 Italia, avec une console centrale aux commandes tactiles très facile à prendre en main. Au-dessus de cette console, on peut y trouver un manomètre de pression du turbo indiquant l’état de son fonctionnement.
En ce qui concerne les tarifs, la California était vendue à 178,000 euros. Cette nouvelle monture devrait s’aligner sur un tarif similaire.

related news

l'actualité du luxe vient à vous